Research PortalSciences humaines et sociales

Anglais

Les chercheurs en sciences humaines et sociales utilisent des outils de calcul, des méthodes et des techniques de recherche de plus en plus complexes. Dans ce nouveau paysage, trois éléments placent les sciences humaines et sociales en position de croissance rapide :

  • l’augmentation des sources de données ouvertes;
  • l’accès plus facile à des équipements informatiques de grande puissance;
  • l’amélioration de la compétence en informatique parmi les chercheurs en sciences humaines.

Dans le but de soutenir les sciences humaines et sociales, Calcul Canada a formé une équipe de professionnels spécialisés dirigée par son expert en sciences humaines et sociales, John Simpson. Pour plus d’information, veuillez communiquer avec l’équipe des sciences humaines et sociales par courriel team-hss@computecanada.ca ou parcourir les renseignements supplémentaires ci-dessous.

Renseignements supplémentaires

Services de Calcul Canada pour les chercheurs en sciences humaines et sociales

Pour de plus amples renseignements sur la façon dont chacun des services nommés ci-dessous peut vous soutenir dans vos recherches, veuillez communiquer avec l’équipe des sciences humaines et sociales.

Services nationaux

Les services nationaux documentés dans les deux langues officielles et reposants sur une architecture robuste sont offerts à tous les membres du milieu de la recherche par des équipes de soutien formées à cet effet.

  • Services de collaboration : des sites situés partout au Canada permettant la production et le visionnement de grandes visioconférences.
  • NOUVEAU, le nuage : un espace de développement sur des machines virtuelles comprenant une adresse IP accessible de l’extérieur.
  • Calcul : de la puissance extensible allant de l’équivalent d’un deuxième bureau jusqu’aux superordinateurs comprenant des milliers de cœurs, des téraoctets de mémoire vive et de nombreuses architectures de système.
  • Intégrité des données : des systèmes de stockage de données et de sauvegarde fournissant des options de stabilité et de sécurité pour votre bureau.
  • Soutien général d’experts-conseils et d’analystes : des consultations au sujet de l’architecture d’un projet et des besoins en ressources auprès de spécialistes techniques dont les compétences s’étendent de la sélection de logiciels spécialisés à l’optimisation de programmes.
  • Globus : un service rapide et sûr de transfert de fichiers autonome et de partage.
  • NOUVEAU, le nuage personnel : 50 Go d’espace partageable du type Dropbox offert à partir de nombreux appareils.
  • Portails : des services d’hébergement de données et d’outils spécialisés pour des communautés scientifiques entières.
  • Logiciels spécialisés : plus de 250 paquetages et logiciels sont déjà intégrés aux systèmes de Calcul Canada.
  • NOUVEAU, le stockage : des solutions de stockage robustes pour la sauvegarde ainsi que pour le stockage à moyen et long terme.
  • Formation : des sessions de formation couvrant les compétences essentielles offertes régulièrement et des cours personnalisés sur demande.
  • Soutien à la visualisation : assistance d’un expert spécialisé en visualisation 3D.

Pour avoir accès aux ressources et aux services de Calcul Canada, les chercheurs doivent être inscrits à la base de données de Calcul Canada (CCDB). Le processus d’approbation peut prendre deux jours ouvrables. Pour de plus amples renseignements, veuillez vous rendre à la page de demande de compte de Calcul Canada.

Équipe des sciences humaines et sociales de Calcul Canada

John Simpson (Chair)
Alex Razoumov
Belaid Moa
Craig Squires
Garth Evans
Félix-Antoine Fortin
James Desjardins
Michele Fash
Mohammed Bencherki
Patrick Mann
Paul Preney
Pawel Pomorski
Megan Meredith-Lobay 

Pour communiquer avec l’équipe des sciences humaines et sociales, veuillez faire parvenir un courriel à team-hss@computecanada.ca.

Profils de projets canadiens de premier plan en sciences humaines et sociales

Le Canada est à l’avant-garde des sciences humaines et sociales dans le monde, tant aujourd’hui qu’hier. Cela est vrai dans la perspective de la recherche, des outils et de la formation. Les projets suivants, dont plusieurs exploitent les services et l’expertise de calcul informatique de pointe de Calcul Canada, représentent un échantillonnage de la place de premier plan qu’occupent actuellement les sciences humaines et sociales canadiennes :

Collaboratoire scientifique des écrits du Canada (CSÉC)

Le Collaboratoire scientifique des écrits du Canada (CSÉC), dirigé par Susan Brown, est un outil en ligne d’écriture, de modification et d’annotation de textes numériques, lancé en septembre 2016. Bien qu’il ne soit pas le premier outil du genre, celui-ci offre un ensemble de fonctions d’extension et comprend les données de plus de 100 chercheurs de partout au Canada et de l’étranger, afin de cibler plus précisément les besoins des chercheurs universitaires. L’une de ses caractéristiques particulièrement importantes est sa capacité de fonctionner en XML et en RDF, le langage de la sémantique du Web, de manière à connecter les chercheurs aux données tout en laissant une grande partie du code caché à l’arrière-plan. Pour de plus amples renseignements, visitez le http://www.cwrc.ca/en/

Digital Humanities Summer Institute (DHSI)

Fondé en 2001, le programme estival de d’études en informatique Digital Humanities Summer Institute est le plus gros évènement de formation pour les sciences humaines et sociales numériques dans le monde. Le DHSI compte plus de 1 800 anciens étudiants et offrira plus de 40 cours pendant trois semaines, demeurant un modèle et un soutien direct pour des évènements similaires ailleurs dans le monde. Pour de plus amples renseignements, visitez le http://dhsi.org/

Érudit

Érudit, consortium de diffusion regroupant plusieurs établissements (l’Université de Montréal, l’Université Laval, l’Université du Québec à Montréal), est un organisme à but non lucratif fondé en 1998. Cette plateforme rassemble en un même point près de 150 éditeurs de publications savantes et culturelles, y compris les plus prestigieuses universités canadiennes de langue française, créant ainsi le premier fournisseur de journaux francophones et canadiens révisés par des pairs en Amérique du Nord. Pour de plus amples renseignements, visitez le http://www.erudit.org/

Orlando

Ce projet constitue la plus grande collection d’écrits au sujet des écrits de femmes dans les iles Britanniques ou ayant des liens avec elles. Commencé en 1995, le projet a maintenant plus de 2,5 millions d’étiquettes. Il en résulte un ensemble de données qui continue de servir de référence de production et d’étiquetage efficaces de la recherche savante. Pour de plus amples renseignements, visitez le http://www.artsrn.ualberta.ca/orlando/

Voyant Tools

Voyant Tools est un ensemble d’outils d’analyse de textes sur le Web produit par Geoffrey Rockwell et Stéfan Sinclair. Utilisé pour l’enseignement et la recherche, l’ensemble d’outils reçoit maintenant 40 000 visites par mois, qui utilisent environ 750 000 outils différents. Pour de plus amples renseignements, visitez le http://docs.voyant-tools.org/

Entrevue avec John Simpson, le spécialiste des sciences humaines et sociales de Calcul Canada

Q Pourquoi Calcul Canada a­t­il besoin d’un expert en sciences humaines numériques?
R Calcul Canada possède une riche expérience du soutien informatique qui dépasse le cadre de la bureautique dans les domaines scientifiques, mais beaucoup moins dans les sciences humaines. Celles­ci, même les branches axées sur le numérique, possèdent aussi une vaste expérience de la recherche axée sur les sciences humaines, mais sont peu familières avec les ressources informatiques qu’offre Calcul Canada. L’organisme devait donc se doter d’une ressource qui connaît ces deux domaines, capable de jeter des ponts entre les deux groupes, afin de poursuivre l’expansion de sa base d’utilisateurs.

Q Pouvez­vous décrire quelques­unes des initiatives clés que vous piloterez à Calcul Canada?
R La principale est le Groupe de travail sur les sciences humaines numériques (SHN). En gros, le mandat du groupe de travail comporte trois volets de responsabilité.

Informer
Faire connaître aux chercheurs en SHN l’existence de Calcul Canada et la nature de ses services.

Former
Expliquer aux chercheurs en SHN comment demander et utiliser les ressources de Calcul Canada.

Soutenir
Établir des relations continues avec les chercheurs en SHN, dans le cadre de services de dépannage ou autres. Au cours des prochains mois, ces volets se traduiront concrètement par l’ajout de contenu consacré aux SHN dans le site Web de Calcul Canada, l’élaboration de formations destinées aux SHN et la création de nouveaux partenariats.

Q Quel est le principal message que vous souhaitez communiquer aux chercheurs canadiens en SHN à propos de Calcul Canada?
R Dialoguons. Calcul Canada offre une foule de possibilités aux chercheurs en sciences humaines, qu’ils se considèrent ou non humanistes numériques. Qu’il s’agisse d’OwnCloud (une plateforme semblable à Dropbox offrant 50 Go d’espace de stockage partageable), de conseils en matière de visualisation en 3D, de services de conception de portails donnant à de grands groupes de chercheurs les moyens de partager des données, ou encore de solutions pour le transfert de fichiers de données massifs, Calcul Canada offre bien plus que des services informatiques de traitement par lots. Les chercheurs en sciences humaines seront étonnés de l’étendue des possibilités. Il est grand temps pour eux d’en tirer parti.

Q Les sciences humaines numériques forment un ensemble de disciplines fascinantes dotées d’une riche histoire. Pouvez­vous nous en dire plus à leur sujet?
R On dit souvent que l’origine des sciences humaines numériques coïncide avec le début de la production de l’Index thomisticus (un outil de recherche dans l’œuvre complète de Thomas d’Aquin) à la fin des années 1940, fruit d’une collaboration de plus de trente ans entre le père Roberto Busa, prêtre jésuite, et IBM, qui a fourni les ressources informatiques nécessaires à la réalisation du projet. Autre jalon important de l’histoire des sciences humaines numériques : la fondation de la première revue spécialisée, Computers and the Humanities, en 1966. Cette publication, dirigée durant les 20 premières années par le professeur Joseph Raben de l’Université de la Ville de New York, rassemblait des chercheurs en arts et en sciences humaines autour du thème du numérique, jetant ainsi les fondations d’une étroite collaboration interdisciplinaire qui continue. Après la disparition en 2004 de la revue CHum, comme on se plaisait à l’appeler, sous sa forme originale, d’autres publications et ressources ont pris le relais. Citons en particulier le groupe de discussion Humanist (http://dhhumanist.org/), qui canalise les débats sur les sciences humaines numériques depuis 1987.

Q Quelles avenues s’ouvrent aux sciences humaines numériques aujourd’hui?
R Trois éléments du paysage actuel pourraient favoriser l’essor rapide des sciences humaines numériques : la multiplication des données de source ouverte, l’accès amélioré à une capacité informatique considérable et le perfectionnement des compétences informatiques des chercheurs dans le domaine. Au fur et à mesure des progrès dans chacun de ces secteurs, de nouvelles avenues s’ouvriront pour les sciences humaines numériques.

Q Est­il vrai que le Canada est considéré comme un chef de file mondial en matière de sciences humaines numériques?
R Oui, en effet, le Canada est depuis toujours une figure de proue dans le domaine des sciences humaines numériques, tant sur le plan de la recherche que des outils et de la formation, comme en témoignent les projets ci­dessous.

Orlando
Le projet Orlando est le plus important recueil d’écrits sur la littérature féminine des îles britanniques (ou qui s’y rapporte). Lancé en 1995, le projet compte aujourd’hui plus de 2,5 millions de mots­clés. La base de données qui en résulte est un modèl de production et d’étiquetage efficace en recherche universitaire.

Digital Humanities Summer Institute (DHSI)
Fondé en 2001, le Digital Humanities Summer Institute (DHSI) est le plus important événement de formation en sciences humaines numériques du monde entier. Il compte plus de 1 800 diplômés et offrira 40 cours répartis sur trois semaines. Nombre d’événements similaires partout dans le monde s’inspirent du modèle du DHSI et bénéficient de son appui.

Voyant
Voyant est un ensemble d’outils d’analyse textuelle sur le Web produit par Geoffrey Rockwell et Stéfan Sinclair. Le site est utilisé à la fois en enseignement et en recherche et enregistre chaque mois environ 40 000 visites et 750 000 utilisations d’outils.

Collaboratoire scientifique des écrits du Canada (CSEC)
Le Collaboratoire scientifique des écrits du Canada (CSEC), sous la direction de Susan Brown, élabore un outil en ligne de rédaction, de révision et d’annotation de textes numériques dont le lancement est prévu à l’automne 2015. S’il n’est pas unique en son genre, l’outil offre néanmoins une large gamme de caractéristiques particulières, et plus de 100 chercheurs du Canada et de l’étranger participent à sa conception en vue de cerner avec précision les besoins qui leur sont propres. Sa principale particularité est sa compatibilité avec les langages du Web sémantique XML et RDF, de sorte qu’il relie les chercheurs et les données de recherche tout en dissimulant une grande partie du codage de fond.

Top