Sites retenus pour accueillir les systèmes nationaux de calcul informatique de pointe

Calcul Canada et ses partenaires régionaux (ACENET, Calcul Québec, Compute Ontario et WestGrid) sont fiers d’annoncer le nom des établissements retenus pour accueillir les systèmes nationaux de calcul informatique de pointe (CIP) dans le cadre de la prochaine étape du financement de la cyberinfrastructure de Calcul Canada.

Anglais

Calcul Canada et ses partenaires régionaux (ACENET, Calcul Québec, Compute Ontario et WestGrid) sont fiers d’annoncer le nom des établissements retenus pour accueillir les systèmes nationaux de calcul informatique de pointe (CIP) dans le cadre de la prochaine étape du financement de la cyberinfrastructure de Calcul Canada.

Voici la liste des établissements retenus:

Grand site de calcul parallèle – Université de Toronto
Site polyvalent 1 – Université de Victoria
Site polyvalent 2 – Université Simon Fraser
Site polyvalent 3 – Université de Waterloo

Les nouveaux systèmes, qui devraient être pleinement fonctionnels à compter de 2016, sont financés en grande partie grâce à l’Initiative sur la cyberinfrastructure de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI), programme à double volet (une première décision est attendue en 2015, l’autre en 2016) dont le Second défi porte sur les besoins de Calcul Canada. Les coûts de gestion et d’exploitation de Calcul Canada sont couverts par le Fonds des initiatives scientifiques majeures (ISM) jusqu’en mars 2017. Ces deux initiatives sont subventionnées conjointement par la FCI, les provinces et les établissements.

Le coût total du projet s’élève à 37,5 millions de dollars et le financement du Second défi du premier volet cible les besoins de calcul informatique de pointe les plus pressants des chercheurs canadiens. La majorité des systèmes qu’utilise actuellement Calcul Canada ont déjà atteint, voire dépassé leur durée de vie utile de cinq ans. La désuétude des systèmes augmente les coûts d’exploitation par leur faible rendement énergétique, leur risque de défaillance accru et les frais de garantie élevés de leurs principales composantes. Qui plus est, ces appareils ne sont pas aussi bien adaptés aux pratiques scientifiques actuelles que les systèmes plus récents. Par conséquent, cette initiative de modernisation est axée sur le remplacement de la capacité existante et la « satisfaction des besoins immédiats les plus pressants ».

Pour en savoir plus sur le plan technique de Calcul Canada, veuillez consulter le www.computecanada.ca.

En vue de sa proposition à l’Initiative sur la cyberinfrastructure, Calcul Canada a amorcé un processus de sélection des sites à l’automne 2014 invitant ses établissements membres à déposer une proposition pour accueillir un des quatre nouveaux systèmes nationaux qui seront financés. En date du 24 novembre 2014, Calcul Canada avait reçu neuf (9) propositions :

ACENET (proposition conjointe d’universités des provinces de l’Atlantique pour héberger un centre de données à Halifax)
Université Laval
Université de Sherbrooke
Université de Toronto (par l’intermédiaire de Compute Ontario)
Université de Waterloo (par l’intermédiaire de Compute Ontario)
Université de l’Alberta (en partenariat avec l’Université de Calgary et l’Université de la Saskatchewan)
Université Simon Fraser
Université de la Colombie-Britannique
Université de Victoria
Un comité d’examen composé d’experts du monde entier a évalué les qualités techniques de chaque site proposé et a fait parvenir son rapport au conseil d’administration de Calcul Canada. À cette évaluation technique s’est ajoutée une analyse des aspects financiers de chaque proposition, qui a été soumise à l’examen de la haute direction et des directeurs régionaux de Calcul Canada. À la lumière de ces analyses technique et financière, Calcul Canada a communiqué avec les sites retenus pour confirmer le scénario d’hébergement définitif, qui a été validé par le comité d’examen et approuvé par le conseil d’administration de Calcul Canada.

Ce projet de consolidation de la plateforme nationale verra le nombre de centres de données utilisés par Calcul Canada passer de 27 à environ 15 d’ici le début de 2017. Le personnel de soutien à la recherche sera toujours disponible sur les campus pour offrir des services améliorés à la communauté de recherche locale et régionale, avec l’aide d’experts spécialisés partout au pays. Les techniciens et administrateurs de systèmes demeureront sur les campus des centres de données toujours en activité.

Pour en savoir plus sur le processus de sélection des sites de Calcul Canada, veuillez télécharger la foire aux questions.

Top