Comparaison entre le nuage commercial et les systèmes nationaux de calcul informatique de pointe de Calcul Canada

Anglais

Calcul Canada a effectué une analyse détaillée de deux récents achats d’importantes grappes de calcul ainsi que des achats de stockage, totalisant plus de 15 M$ CA en dépenses d’investissement. 

Les données comparatives sur les prix sont basées sur les produits commerciaux offerts par un fournisseur commercial de services infonuagiques de très grande envergure. Les configurations sélectionnées sont celles qui correspondent le plus aux unités centrales, au stockage et autres caractéristiques des nouveaux systèmes de Calcul Canada. Les rabais de volume pertinents ont été appliqués et les fonds américains ont été convertis en fonds canadiens.

La principale conclusion de cette comparaison a été que les couts totaux du fournisseur commercial sur une période de cinq ans étaient considérablement plus élevés que le cout total de propriété au cours de ces mêmes cinq années des systèmes achetés récemment. De plus, le fournisseur commercial de services infonuagiques était dans l’impossibilité d’offrir la gamme de services nécessaires pour desservir une grande partie de la communauté de chercheurs  canadiens.

Le cout des nuages était de quatre fois à 10 fois supérieur au cout de propriété et d’exploitation de nos propres grappes. Certaines composantes étaient beaucoup plus chères, notamment le stockage persistant qui dépassait de 40 fois le cout de celui de Calcul Canada. 

En outre, le fournisseur de services infonuagiques n’offrait pas toutes les caractéristiques essentielles des deux nouveaux sites nationaux de Calcul Canada, à savoir ARBUTUS de l’Université de Victoria et CEDAR de l’Université Simon Fraser. En comparaison avec ARBUTUS, le fournisseur ne pouvait fournir le stockage local/spécialisé adéquat. Les chercheurs nécessitant des nœuds de stockage de très haute performance seraient vraiment mal desservis par le fournisseur commercial. Les domaines de recherche concernés comprennent la physique, la science de l’environnement et bien d’autres.

En comparaison avec CEDAR, le fournisseur de services infonuagiques n’offrait pas des ensembles de nœuds étroitement liés dotés d’une interconnexion de haute performance à faible latence. Ceci poserait de sérieux défis pour une grande partie de la charge de travail de CEDAR qui consiste principalement en du calcul multinœud parallèle. Ce type de configuration est standard dans les disciplines de recherche qui exploitent massivement les données et représente la base de la grande majorité du calcul informatique de pointe dans les domaines d’importance tels que la science de l’environnement, la modélisation de système complexe, la physique, etc.

Dans l’ensemble, les résultats de l’analyse comparative des couts peuvent se résumer comme suit :

  • Pour ARBUTUS, les couts (d’investissement) directs des services sous-traités sur une période de 5 ans de la configuration la plus comparable étaient environ 7,4 fois le cout d’achat du système GP1. Toutefois, la solution sous-traitée ne satisfaisait pas les exigences de la charge de travail d’ARBUTUS en raison du manque de nœuds de stockage locaux.
  • Pour ARBUTUS, lorsque 5 ans de couts opérationnels sont ajoutés, le rapport 7,4 fois plus diminue jusqu’à une différence de cout d’environ 4 fois plus entre les services sous-traités et l’achat.
  • Pour CEDAR, les couts (d’investissement) directs des services sous-traités sur une période de 5 ans de la configuration la plus comparable étaient environ 15,4 fois le cout d’achat de CEDAR, tenant compte de 6,6 fois plus pour le calcul et 40 fois plus pour le stockage. Toutefois, la solution sous-traitée ne satisfaisait pas les exigences de la charge de travail de CEDAR en raison du manque de nœuds de stockage locaux (pour la partition d’OpenStack) et l’absence d’interconnexion de haute performance à faible latence.
  • Pour CEDAR, lorsque 5 ans de couts opérationnels sont ajoutés, le rapport 15,4 fois plus diminue jusqu’à une différence de cout d’environ 10,9 fois plus entre les services sous-traités et l’achat.

Leave A Comment

Top