Le gouvernement de la Saskatchewan investit 2,2 M$ en recherche informatique avancée

Anglais

Le 18 janvier 2018, le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé un engagement de 2,2 M$ envers Calcul Canada et son partenaire régional WestGrid pour appuyer la prestation de ressources, d’assistance technique et de services pour les travaux de recherche des chercheurs en traitement informatique avancé. Le financement sera assuré par le Fonds de l’innovation et de la science établi par le gouvernement de la Saskatchewan pour une période de cinq ans de 2017 à 2022.

« L’annonce d’aujourd’hui concernant ce financement constitue une excellente nouvelle pour la communauté de recherche de la Saskatchewan et pour tous les Canadiens », a déclaré Rick Bunt, un membre du conseil d’administration de Calcul Canada et professeur émérite de science informatique à l’Université de la Saskatchewan. « L’investissement dans le domaine de la superinformatique qui vient en appui à la recherche canadienne se traduit par des investissements dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’environnement ainsi que dans divers secteurs industriels — des domaines ou les retombées bénéfiques se font sentir dans toutes nos vies. »

Ces cinq dernières années, plus de 480 chercheurs des universités en Saskatchewan ont tiré avantage de l’accès aux infrastructures et aux services d’assistance technique de Calcul Canada et de WestGrid, générant des retombées pour la province évaluées à 4,9 M$.

« La Saskatchewan héberge des centres techniques innovateurs de recherche et nous sommes fiers du travail remarquable qui y est accompli », déclarait Steven Bonk, ministre responsable de l’Innovation. « Cette initiative donnera aux chercheurs de la Saskatchewan un accès aux superordinateurs qui vient en appui et accélère la recherche en agriculture, en sécurité hydrique et d’autres domaines importants pour la province. »

La Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) assurera un financement de contrepartie dans le cadre de son programme des Initiatives scientifiques majeures (ISM); la continuation d’un programme qui était en vigueur de 2012 à 2017.

« De recherches de pointe en sécurité alimentaire et hydrique mondiale, aux travaux innovateurs en faisceaux à des fins médicales au Centre canadien de rayonnement synchrotron, les chercheurs de l’Université de la Saskatchewan ont de plus en plus recours à la puissance des superordinateurs de sorte que leurs projets finissent par contribuer à l’économie de la province et à la compétitivité du Canada sur le plan mondial », déclarait la vice-présidente de la recherche à l’Université de la Saskatchewan, Karen Chad. « Cet investissement permettra d’assurer les services informatiques avancés nécessaires à la propulsion de l’innovation. »

« L’accès aux ressources ne constitue qu’une pièce du puzzle », mentionnait Bunt, « les chercheurs ont également besoin d’une prise en charge pour obtenir le maximum de ce que la recherche avancée en informatique peut offrir. C’est ici qu’entre en jeu Calcul Canada. Nous réquisitionnons les ressources dont les chercheurs ont besoin — tout ce qui touche aux centres de données les plus puissants jusqu’aux réseaux spécialisés en passant par les outils de gestion des données — et collaborons avec des partenaires régionaux comme WestGrid, Calcul Ontario, Calcul Québec et ACENET pour y ajouter la couche essentielle de services d’experts-conseils et une assistance technique de première ligne. Ils sont plus de 200 chercheurs essaimés dans tout le Canada. Non seulement cette équipe assure le soutien pour des projets de recherche de différentes portées, envergures et disciplines, mais elle assure également des formations pour bâtir des compétences essentielles en recherche computationnelle. Notre démarche collaborative dans le cadre de cette plateforme nationale optimise l’utilisation des ressources, la transmission du savoir et les retombées de la recherche. »

(Photo [de gauche à droite] : Kevin Schneider, vice-président chargé de la recherche de l’Université de la Saskatchewan; Nisha Puthiyedth, chercheuse et titulaire d’une bourse de recherche en science informatique de l’Université de la Saskatchewan; Steven Bonk, ministère de l’Économie, gouvernement de la Saskatchewan; Rick Bunt, membre du conseil d’administration de Calcul Canada et professeur émérite en science informatique de l’Université de la Saskatchewan.)

Les retombées de Calcul Canada et WestGrid en Saskatchewan : études de cas des projets de recherche
Dépôt fédéré de données de recherche (DFDR)

En partenariat avec Portage, Calcul Canada et l’Association des bibliothèques de recherche du Canada, une équipe de recherche composée d’experts de la gestion de données de l’Université de Saskatchewan ont contribué au lancement du Dépôt fédéré de données de recherche (DFDR), un site central en ligne à partir duquel des données de recherche peuvent être mises en commun, conservées, explorées, classifiées et citées.

Ravindra Chibbar – professeur et directeur d’une chaire de recherche canadienne en biologie moléculaire pour la qualité des cultures, Collège de l’agriculture et des ressources biologiques de l’Université de la Saskatchewan.

Grâce aux ressources informatiques de Calcul Canada et de WestGrid, Ravindra Chibbar analyse des données de séquençage d’ADN pour déceler quels mécanismes moléculaires déterminent les paramètres de qualité du grain dans des cultures comme le blé, l’orge, le seigle et les pois chiches. Les résultats de ces travaux ne manqueront pas d’avoir des effets d’entraînement sur le développement futur de cultures de céréales et de légumineuses.

Bill Zeng – professeur associé en génie des réseaux pétroliers de l’Université de Regina
Pour ses projets de recherche en développement de réservoirs de pétrole et de gaz et en simulation de réservoirs plus résistants et plus durables, Bill Zeng a recours aux ressources informatiques de Calcul Canada et de WestGrid pour exécuter des modèles mathématiques complexes sur l’écoulement et le déplacement des fluides.

Kathryn McWilliams – professeure en physique et en génie physique de l’Université de la Saskatchewan
Kathryn McWilliams dirige le contingent canadien du projet SuperDARN constitué d’un immense réseau de radars pour l’étude des aurores boréales. Ce projet international exploite un réseau de 36 radars de haute fréquence disséminés dans le monde, dont un site situé à Saskatoon, tous synchronisés pour saisir des données sur des millions de kilomètres carrés chaque minute, 24 heures par jour, 365 jours par année. En exploitant les capacités massives de stockage de données de Calcul Canada et de WestGrid, l’équipe de SuperDARN Canada collecte et analyse d’immenses ensembles de données pour qu’un jour on puisse prédire les fluctuations météorologiques de l’espace et réduire leurs répercussions perturbatrices sur les réseaux électriques, les signaux satellites et les réseaux de télécommunication.

Top