Niagara est le superordinateur dédié à la recherche le plus puissant au Canada

Anglais

Photo : Nizar Ladak, président-directeur général de Calcul Ontario;  Richard Peltier, physicien de la Terre, de l’atmosphère et des planètes de l’Université de Toronto; l’hon. Reza Moridi, ministre de la Recherche, de l’Innovation et des Sciences; Roseann O’Reilly Runte, présidente-directrice générale de la Fondation canadienne pour l’innovation et Vivek Goel, vice-président à la recherche et à l’innovation de l’Université de Toronto posent devant une vidéo en direct du nouveau superordinateur Niagara pendant une cérémonie de dévoilement au MaRS Centre à Toronto, Ontario, le lundi 5 mars 2018. PHOTO The Canadian Press Images/Calcul Ontario

Il dynamise l’innovation et la découverte au pays

Toronto (Ontario), le 5 mars 2018 – L’ordinateur dédié à larecherche le plus puissant au Canada, Niagara, est maintenant accessible aux chercheurs de toutes les disciplines. Ce superordinateur est situé à l’Université de Toronto et appuyé par SciNet, la division informatique de haute performance de l’université. Le système est ouvert à tous les chercheurs universitaires canadiens, d’un océan à l’autre. Niagara fait partie d’une infrastructure nationale de calcul informatique de pointe comprenant Cedar, à l’Université Simon-Fraser, Arbutus, à l’Université de Victoria, et Graham, à l’Université de Waterloo. Ensemble, ces systèmes fournissent à nos chercheurs les outils leur permettant d’être compétitifs sur le plan mondial en utilisant des mégadonnées et des systèmes informatiques de haute performance.

Le calcul informatique de pointe est l’épine dorsale de l’innovation au Canada. Niagara fournira aux chercheurs la puissance de calcul dont ils ont besoin pour étudier certains des plus importants défis au monde et leur trouver des solutions. Il effectuera les calculs à grande échelle et les simulations nécessaires pour l’intelligence artificielle, la recherche sur le changement climatique, la modélisation océanique, la génomique, l’astrophysique et les autres disciplines qui utilisent les mégadonnées pour faciliter la découverte.

Ce nouveau système est financé conjointement par la Fondation canadienne pour l’innovation, le gouvernement de l’Ontario et l’Université de Toronto.

Niagara est le système informatique le plus rapide au pays tout en étant hautement écoénergétique. De plus, Niagara a la capacité de répartir l’exécution d’un même travail sur 60 000 cœurs grâce à son réseau de haute performance qui interconnecte tous les nœuds.

La grappe est une solution de Lenovo du début à la fin qui comprend 1500 nœuds de calcul ThinkSystem SD530 ultra-denses offrant plus de trois pétaoctets de puissance de traitement et 12 pétaoctets de stockage. La technologie InfiniBand EDR de Mellanox est utilisée pour créer la première topologie de réseau Dragonfly+ de l’industrie dotée d’un routage adaptatif afin de fournir les communications à haute vitesse et faible latence nécessaires pour effectuer des simulations de système complet à grande échelle. La technologie « Burst-buffer » d’Excelero améliore la performance pour les charges de travail exigeantes en données. Par ailleurs, le système mise sur l’Ethernet de Lenovo pour la gestion des grappes. Veuillez vous reporter ci-dessous pour d’autres données factuelles au sujet de ce système. Vous pouvez également trouver des renseignements plus techniques (en anglais) ici et ici.

Niagara a été nommé en l’honneur des chutes emblématiques du Niagara, point de repère ontarien et symbole de puissance incroyable, de découverte et d’émerveillement.

Vous trouverez ci-après des citations d’universitaires canadiens qui utilisent Niagara, des citations de quelques-uns de nos partenaires et plus d’information au sujet des superordinateurs canadiens.

Citations de chercheurs

« Comme démonstration initiale de la capacité de l’ensemble du système, Niagara est en train d’effectuer un calcul héroïque de l’interaction entre les marées océaniques créées par l’attraction gravitationnelle du soleil et de la lune et la topographie du fond de l’océan à une très haute résolution spatiale. La description précise de cette interaction est au cœur de l’amélioration de la composante océanographique des modèles climatiques que nous employons pour effectuer des projections de réchauffement climatique. »
– W. Richard Peltier, MSRC, professeur d’université et professeur de physique à l’Université de Toronto, directeur du Centre for Global Change Science, chef du Réseau de la stabilité du climat polaire et directeur scientifique de SciNet.

« La grande capacité de traitement parallèle de Niagara permet des simulations cosmologiques de précision incorporant des neutrinos. Cette possibilité attire des chercheurs de talent de partout dans le monde, concentrant les points forts de leurs recherches et apportant de la visibilité aux résultats de recherche. » 
– Ue-Li Pen, Ph. D., professeur et directeur de l’Institut canadien d’astrophysique théorique à l’Université de Toronto; membre de l’ICRA.

« Les solutions technologiques aux plus gros défis que l’humanité doit affronter proviennent d’une combinaison de savoir-faire scientifique, de données scientifiques et de superinformatique. Dans cette économie numérique, la compétitivité dépend énormément de la haute performance de l’infrastructure informatique. À cet égard, la mise en place de Niagara, l’installation informatique la plus récente au Canada, répond à un besoin crucial et permettra à mon groupe de recherche de concevoir numériquement et de découvrir de nouveaux matériaux pour soutenir l’énergie durable, le transport et la santé au Canada et dans le monde. »
– Chandra Veer Singh, Ph. D., professeur agrégé en science des matériaux et génie subventionné par le fonds Erwin Edward Hart ing. et titulaire associé pour la recherche au département de la science des matériaux et du génie de l’Université de Toronto.

« Comme bien des pays le reconnaissent, et le Canada de plus en plus, le calcul de pointe sous-tend une somme de travail considérable en science et en génie. Par conséquent, l’accès à une puissance de calcul de calibre mondial est essentiel pour permettre à la recherche de s’occuper promptement des questions sociétales. Par exemple, le nouvel ordinateur canadien de calcul informatique de pointe, Niagara, revêt une importance primordiale pour ma recherche sur les configurations de la prochaine génération d’aéronefs comportant une amélioration du rendement énergétique et une réduction de l’impact environnemental. »
– David Zingg Ph. D., FCASI, AFAIAA, FCAE, professeur distingué à l’Université de Toronto en aérodynamique informatique et aviation durable; directeur du Centre for Research in Sustainable Aviation; directeur du Centre for Computational Science and Engineering de l’Institute for Aerospace Studies de l’Université de Toronto.

 

Citations des partenaires

En ordre alphabétique

Calcul Canada
« Niagara et trois autres systèmes nationaux desserviront une collectivité diversifiée de plus de 11 000 chercheurs canadiens et rendront des découvertes possibles dans des domaines clés pour la prospérité sociale et économique du Canada, comme le changement climatique, l’aérospatiale et la fabrication de pointe. Nous sommes honorés de collaborer avec nos partenaires et fiers des réalisations que nous avons accomplies ensemble. »
Robbin Tourangeau, directrice générale par intérim de Calcul Canada

Calcul Ontario
« Le calcul informatique de pointe est l’épine dorsale de l’innovation au Canada. Nous sommes incroyablement fiers des partenariats et de la collaboration qui ont fait de Niagara une réalité pour les chercheurs canadiens, dont 40 % travaillent en Ontario. »
Nizar Ladak – président-directeur général de Calcul Ontario

Fondation canadienne pour l’innovation
« Aujourd’hui, nous célébrons l’ajout de Niagara au puissant réseau national canadien de superordinateurs de recherche. L’accès à des ressources de calcul et de stockage de données aussi massives place les chercheurs de toutes les disciplines en position de faire progresser leurs travaux et de relever des défis urgents à l’échelle mondiale. Ce type d’entreprise audacieuse repose sur la collaboration entre partenaires : tout autant les établissements, Calcul Canada et les agences de financement que les chercheurs. »
Roseann O’Reilly Runte, présidente-directrice générale de la Fondation canadienne pour l’innovation

Lenovo
« Notre objectif est d’aider les principaux établissements et leurs équipes de recherches à profiter du calcul de haute performance pour résoudre les grands défis de l’humanité. Notre partenariat étroit avec l’Université de Toronto, Calcul Ontario et Calcul Canada pour faire de Niagara la plus puissante plateforme informatique de recherche au Canada constitue un excellent exemple de l’innovation collaborative que nous pouvons réaliser dans l’accomplissement de cet objectif. »
– Scott Tease, directeur général HPC et AI de Lenovo Data Center Group

Ministère de la Recherche, de l’Innovation et des Sciences
« L’innovation et la technologie avancent plus rapidement que jamais auparavant. Niagara permettra à nos chercheurs de continuer à effectuer un excellent travail et à faire de nouvelles découvertes, lesquelles nous permettront de développer l’économie du savoir de l’Ontario. »
L’honorable Reza Moridi, ministre de la Recherche, de l’Innovation et des Sciences de l’Ontario.

Université de Toronto
« Niagara constitue un grand pas en avant dans la puissance de calcul de pointe offerte aux scientifiques et aux ingénieurs de l’Université de Toronto et de partout au Canada qui ont entrepris des recherches d’avant-garde comportant des mégadonnées, que ce soit en aérospatiale et en astrophysique, en santé, en apprentissage automatique, ou même, de plus en plus, en sciences humaines et sociales. L’accès à un système aussi puissant, probablement parmi les 50 plus gros superordinateurs dans le monde, représente également un élément crucial pour former – et retenir – le personnel hautement qualifié dont on a tant besoin. »
– Vivek Goel, Ph. D., Vice-président, recherche et innovation, Université de Toronto

 

 

Le contexte au Canada

D’ici la fin de 2018, le Canada disposera de quatre superordinateurs majeurs intégrés à une infrastructure nationale de calcul informatique de pointe coordonnée par Calcul Canada et ses partenaires régionaux Calcul Ontario, Calcul Québec, ACENET et WestGrid. Il est vrai que beaucoup de calculs peuvent être effectués avec une efficacité équivalente sur l’une ou l’autre grappe, cependant, dans le but de servir la communauté scientifique incroyablement diversifiée du Canada, chaque superordinateur possède des caractéristiques uniques qui sont plus pertinentes pour les scientifiques de certaines disciplines ou pour les chercheurs requérant certains types de calculs en particulier.

Top