Calcul Canada et la SFU célèbrent le lancement du superordinateur universitaire le plus puissant au Canada

Anglais

(De gauche à droite, à l’arrière) Andrew Petter, recteur de la SFU; Robert Wolkow, chercheur à l’Université de l’Alberta; Dugan O’Neil, directeur scientifique de Calcul Canada et professeur de physique à la SFU; Mark Dietrich, président et chef de la direction de Calcul Canada; Joy Johnson, vice-recteur à la recherche de la SFU; Mark Roman, responsable des TI à la SFU.

(De gauche à droite, à l’avant) Fiona Brinkman, chercheuse à la SFU; Guy Levesque, vice-président, Programmes et performance, à la Fondation canadienne pour l’innovation; Margaret George, sage

Le 20 avril 2017. – Aujourd’hui, l’Université Simon-Fraser (SFU), Calcul Canada et WestGrid célèbrent le lancement du superordinateur universitaire le plus puissant au Canada : Cedar. Logé dans le nouveau centre de données du campus Burnaby de la SFU, Cedar mettra à la disposition des chercheurs canadiens de tout le pays et de tous les domaines scientifiques des ressources accrues de calcul, de stockage et d’infonuagique.

« Nous sommes honorés d’héberger l’un des quatre nouveaux systèmes nationaux de calcul informatique de pointe (CIP) qui permettra aux chercheurs canadiens d’avoir accès à la technologie et l’expertise les plus récentes dont ils ont besoin pour faire des découvertes scientifiques transformantes, affirme Joy Johnson, vice-président, recherche et international, de la SFU. L’Université Simon-Fraser se distingue déjà par sa prédominance en matière de CIP et Cedar la propulsera parmi les 100 plus importantes installations de superordinateurs dans le monde. »

Calcul Canada, en collaboration avec ses partenaires régionaux et ses établissements membres, dirige un renouvellement et une modernisation des superordinateurs et des installations de stockage de données du pays. Ce premier volet est évalué à 75 millions de dollars, financé par la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI), des partenaires provinciaux et l’industrie, et comprend quatre sites nationaux au nombre desquels se trouve le système de la SFU.

« Je suis heureuse que notre gouvernement investisse dans la dernière technologie scientifique de pointe par l’entremise de la Fondation canadienne pour l’innovation. Cette technologie appuiera les scientifiques de première ligne qui contribuent à bâtir une classe moyenne plus forte et plus prospère. Grâce à Cedar, les scientifiques pourront échanger des idées, collaborer et faire des découvertes qui permettront d’améliorer les technologies, de mettre au point de nouvelles thérapies médicales et d’assurer la prospérité de l’économie », a déclaré la ministre des Sciences, l’honorable Kirsty Duncan.

« Aujourd’hui, presque toute la recherche est exigeante en données, que ce soit en génomique, en matériaux avancés ou bien en sciences humaines et sociales, remarque Dugan O’Neil, directeur scientifique de Calcul Canada et professeur de physique à la SFU. Cedar et les trois autres systèmes nationaux accueilleront une vaste gamme de projets et permettront des découvertes qui n’auraient pas pu être réalisées auparavant puisque les outils n’étaient tout simplement pas là. »

Actuellement, il y a 27 centres de données et 50 systèmes pré-2016 vieillissants dans l’ensemble du Canada qui seront consolidés dans cinq à dix centres de données d’ici la fin de 2018. Cedar, avec sa capacité de calcul plus grande que celle de l’ensemble de tous les systèmes pré-2016 de Calcul Canada, est vraiment fait pour les mégadonnées. Ce système peut soutenir la collecte, l’analyse et le partage d’énormes volumes de données, et il fournira l’échelle et la capacité requises pour les besoins de la recherche moderne.

Fiona Brinkman, professeure au département de biologie moléculaire et de biochimie de la SFU, dirige un laboratoire de recherche en génomique et bio-informatique « aimant les microbes », dont l’objectif est de mieux contrôler les maladies contagieuses de façon durable, et est impatiente de commencer à exploiter le potentiel de ce nouveau superordinateur.

« Le nouveau système de CIP, Cedar, permettra aux chercheurs canadiens d’analyser l’ADN des microbes beaucoup plus vite et de cette façon nous pourrons suivre et comprendre très rapidement les origines et l’étendue des éclosions de maladies contagieuses », explique Brinkman.

« Une communauté de plus de 11 000 chercheurs canadiens utilise nos services en ce moment et la mise en œuvre de Cedar offrira aux chercheurs et innovateurs canadiens la possibilité d’exceller et d’être compétitifs à l’échelle internationale par l’utilisation de mégadonnées et de puissants outils de calcul, indique Mark Dietrich, président et chef de la direction de Calcul Canada. Nous sommes honorés de notre collaboration avec nos partenaires de la SFU et de WestGrid, et fiers du travail que nous avons accompli ensemble. »

« La nouvelle technologie est toujours passionnante et, lorsqu’on y ajoute notre ressource la plus importante, nos gens, le résultat est véritablement transformant, souligne Lindsay Sill, directrice administrative de WestGrid, partenaire régional de Calcul Canada. Avec Cedar, qui place la barre un peu plus haute pour la puissance de calcul au Canada, et nos spécialistes, qui soutiennent son utilisation dans les coulisses, je pense que nous assisterons à des progrès remarquables en intelligence artificielle, en technologie verte, en médecine personnalisée ainsi que dans d’autres domaines de recherche de premier plan bénéficiant directement aux Canadiens. »

Mark Roman, directeur des systèmes d’information à la SFU, abonde dans le même sens : « La mise en place d’un service informatique de recherche stratégique comprend des installations évidentes comme les capacités de traitement et de stockage de gros volumes de données. Cependant, il y a également beaucoup d’installations en arrière-scène, y compris des services de soutien, des processus et une infrastructure extrêmement complexes. Au bout du compte, le succès réel de ce projet dépend entièrement d’un petit groupe de personnes brillantes et dévouées, ce sont les vrais héros qui transcendent la technologie. »

Faits saillants
• Cedar est le plus puissant superordinateur universitaire au Canada et constitue l’une des 100 plus importantes installations de superordinateurs dans le monde.

• Les chercheurs de partout au Canada disposeront maintenant d’une puissance de calcul, d’espace étendu de stockage et de ressources infonuagiques sans précédent.

• Cedar fournit l’échelle et la capacité nécessaires pour les besoins de la recherche d’aujourd’hui et permet de transcender les précédentes possibilités canadiennes de recherche et d’innovation dans de nombreux domaines essentiels qui bénéficient directement aux Canadiens, dont la médecine personnalisée, les technologies vertes et l’intelligence artificielle.

Découvrir d’autres faits à propos du #superordinateurCedar

Regarder la vidéo pour comprendre ce qui pousse les chercheurs et les spécialistes du CIP à voir en Cedar une porte ouverte sur une multitude de possibilités nouvelles.  

Écouter Dugan O’Neil, directeur scientifique, nous expliquer ce que signifie Cedar pour le milieu de la recherche au Canada, soulignant qu’au bout du compte, le superordinateur profitera à tous les Canadiens.

Leave A Comment

Top