Women in HPC et Calcul Canada : un partenariat pour promouvoir l’égalité des sexes

Anglais

Écrit par Toni Collis

On présente souvent Ada Lovelace comme la « mère » de l’informatique. Or, je suis souvent l’une des deux ou trois seules femmes présentes lors des rencontres et conférences sur le calcul de haute performance (CHP) auxquelles j’assiste.

Comment sommes-nous passés d’une époque où une femme a conçu le tout premier programme informatique avant même d’avoir le droit de vote à notre société moderne qui reconnaît certes l’accès à l’emploi et l’égalité des salaires, mais où les femmes ne représentent qu’à peine 5 % de la communauté du CHP?

La plupart des pays, entreprises et établissements scolaires prônent désormais l’égalité des sexes et offrent des chances égales de participer à l’ensemble de leurs activités, ce qui améliore en retour le PIB de ces pays, les profits de ces entreprises, l’éducation et le taux de scolarisation de ces sociétés de même quel’avancement des connaissances. Même si l’égalité des sexes est un principe généralement reconnu dans la majorité, voire la totalité des pays, il reste encore beaucoup de chemin à faire pour le concrétiser. Les femmes représentent environ la moitié de la population mondiale, mais elles ne constituent que 39 % de la population active [1].

Le Canada est un chef de file de l’emploi féminin, avec une population active composée à 48 % de femmes. Cela dit, les Canadiennes y occupent toujours majoritairement des « métiers traditionnellement féminins » (enseignement, soins infirmiers et professions de la santé connexes, travail de bureau ou autres fonctions administratives, ou encore vente et services), qui emploient 67 % des femmes au pays contre seulement 31 % des hommes. Qui plus est, les femmes ayant travaillé à temps plein en 2008 ont gagné tout juste 71 % de ce que leurs collègues masculins ont touché [3].

À la lumière de ces statistiques, comment la situation se présente-t-elle dans le domaine du CHP? Où nous situons-nous par rapport aux moyennes nationale et internationale en matière d’égalité des sexes? Contribuons-nous à renforcer la faible présence des femmes dans les métiers non traditionnels ou encore à réduire le fossé salarial?

Notre premier défi pour élucider la sous-représentation des femmes dans le CHP consiste à définir la nature du travail dans le domaine. Doit-on s’attarder à l’informatique, aux utilisateurs des installations de CHP (généralement issus des sciences « exactes » traditionnelles, mais de plus en plus des sciences humaines et sociales), ou simplement se pencher sur les équipes de « gestionnaires de système » qui exploitent ces installations?

En tant qu’organisme, Women in HPC est d’avis qu’il faut considérer chacun de ces groupes, ce qui complique toutefois la collecte de données sur la diversité sexuelle dans le calcul de haute performance : on ne peut pas simplement recenser le nombre de diplômés en informatique et dire que le tour est joué!

Notre analyse préliminaire révèle que les femmes comptent pour 5 à 17 % de la main-d’œuvre en CHP, selon la discipline étudiée. C’est là que la collaboration entre Calcul Canada et Women in HPC prend tout son sens. En juillet dernier, Calcul Canada a convenu de mettre sur pied la toute première division canadienne de Women in HPC pour favoriser la représentation des femmes dans le CHP au pays. Ce partenariat vise à mieux comprendre à quel niveau les femmes sont plus susceptibles de participer au CHP.

Au-delà du simple nombre d’utilisatrices des ressources de Calcul Canada, l’objectif est de chiffrer la participation des femmes aux conférences et ateliers de CHP par rapport aux hommes, déterminer si elles se concentrent davantage dans un secteur précis du CHP et tirer des leçons de cet exercice. La collaboration entre Calcul Canada et WHPC favorisera le partage des pratiques exemplaires au Canada avec le reste de la planète et encouragera les Canadiennes à prendre la place qui leur revient sur la scène mondiale.

Par cette association, nous espérons brosser un tableau global de la communauté du CHP et recueillir l’information qu’il nous faut pour renforcer la présence féminine à tous les niveaux du CHP, au Canada comme à l’étranger, ouvrir plus de portes aux femmes et mettre en valeur des modèles de réussite qui inciteront les hommes et les femmes de demain à s’y investir. En plus de partager des données sur les caractéristiques démographiques de la communauté du CHP au Canada, la branche de WHPC de Calcul Canada offrira des formations et des activités de réseautage réservées aux femmes pour les aider à bâtir le même réseau dont profitent implicitement les hommes dans une communauté à prédominance masculine.

Toni CollisToni Collis est la fondatrice de Women in HPC, initiative qui vise à corriger la sous-représentation des femmes dans la communauté du CHP du monde entier en étudiant la contribution des femmes au domaine, en analysant les pratiques exemplaires en matière d’équité et de diversité et en organisant des activités qui rassemblent les femmes et leur fournissent une tribune pour faire valoir leur travail et devenir des sources d’inspiration.

Pour être au fait des activités organisées par Women in HPC, inscrivez-vous au bulletin électronique de l’organisme à :

www.womeninhpc.org.uk/get-involved.

[1] ONU FEMMES. L’autonomisation économique : quelques faits et chiffres. [http://www.unwomen.org/fr/what-we-do/economic-empowerment/facts-and-figures], document consulté le 14 octobre 2015.

[2] URQUIKO, Covadonga Robles et Anne MILAN. La population féminine, Statistique Canada. [http://www.statcan.gc.ca/pub/89-503-x/2010001/article/11475-fra.htm], document consulté le 14 octobre 2015.

[3] COOL, Julie. L’écart salarial entre les femmes et les hommes, étude générale no 2010-3-F, Parlement du Canada, 29 juillet 2010. [http://www.parl.gc.ca/Content/LOP/ResearchPublications/2010-30-f.htm], document consulté le 14 octobre 2015.

Leave A Comment

Top